mardi 30 août 2016

Mon frère Bernard, 13.05.1954

Cet article est prêt deuis un moment mais j'attendais le déclic pour le publier. C'est la création de ce fabuleux projet, le projet 70273 qui me donne ce déclic.

Le Projet 70 273

 12742848_789849177826365_552970591777898728_n

 Entre les mois de janvier 1940 et août 1941, les nazis allemands tuèrent 70 273 personnes de tous âges déclarées physiquement, mentalement ou émotionnellement handicapées. Des docteurs évaluaient les dossiers médicaux et prenaient la décision de vie ou de mort de chacun. Trois docteurs étudiaient chaque dossier médical et quand deux de ces trois médecins marquaient une croix rouge sur la fiche, le patient était exécuté.
En février 2016, Jeanne Hewell-Chambers lança le Projet 70 273 (the 70,273 Project). Son but est de récolter 70 273 blocs de quilt du monde entier pour commémorer chacune de ces personnes assassinées d’une manière aussi rude et désinvolte, tout en souhaitant éveiller l’intérêt de la population d’aujourd’hui envers les personnes nécessitant des besoins particuliers.
 Si vous n'en avez pas encore entendu parler allez sur le site de La ruche des quilteuses pour avoir tous les détails. Et bien sûr, je vais participer à ce projet.


 Voici maintenant mon article :
 Ce quilt, j'ai envie de vous le montrer depuis longtemps. Mais l'article est difficile à écrire et difficile à lire. Difficile, je ne sais pas en fait, remuant sûrement. Vous pouvez juste regarder les photos et ne pas lire cette histoire. C'est une partie de mon histoire. C'est surtout l'histoire de Maman et de ce premier fils qu'elle a porté et qu'elle n'a pourtant jamais vu. 
Vous l'avez compris, son fils, son premier enfant est mort-né. C'était le 13 mai 1954. Du temps où la psychologie n'était pas au rendez-vous dans les maternités et le corps médical. Maman a été endormie pour son accouchement. Tout le monde savait que cet enfant était hydrocéphale ...sauf elle. Je pense qu'elle a été endormie pour qu'elle ne voie pas cet enfant qui n'allait sûrement pas vivre. Elle a accouché le soir. A son réveil, on lui a dit que son fils était en couveuse. C'est son mari, mon père qui lui a appris le lendemain que leur fils n'avait pas vécu.
Etant mort-né, il n'a pas été déclaré et ne figure pas sur le livret de famille. Pour Maman, ça a été une douleur terrible qui ne s'est pas apaisée au long des années. Maman n'a appris qu'une douzaine d'années après que son fils était hydrocéphale, grâce à la maladresse d'un cousin médecin. Il ne savait pas que Maman ne savait pas. Maman a eu un choc mais au moins elle avait toute l'histoire et a compris à postériori des réflections maladroites de Papa.
Mes parents ont eu ensuite deux enfants. Mon frère, quatorze mois après et moi, deux ans plus tard. Mon frère a été un enfant bien remuant, bien vivant et moi une petite fille sage et obéissante (avec quelques exceptions quand même :-)). In utéro aussi, mon frère remuait beaucoup et moi pas. Mon frère avait senti qu'il fallait rassurer Maman et moi qu'elle était fatiguée.
A chaque fois que nous parlions Maman et moi de ce premier enfant mort-né, je sentais sa douleur. Quand nous regardions des reportages sur la prise en charge des parents d'enfants mort-nés telle qu'elle est faite maintenant, Maman se réjouissait de cette évolution.
J'ai eu connaissance des projets de quilts offerts aux parents à la naissance de ces enfants et à la mort d'enfants prématurés. Les parents gardant le quilt ou enveloppant l'enfant de ce quilt. J'ai été incapable d'en faire, c'était trop en résonnance avec mon histoire.
Et puis, en 2010, alors que Maman avait 80 ans et que nous discutions encore une fois de ce drame, que je sentais sa détresse de ne pas savoir ce qu'était devenu son enfant, je lui ai proposé de faire un quilt où j'écrirais le prénom de son fils et la date de sa naissance et de sa mort. Et j'ai dit à Maman que le jour où elle mourrait, je mettrais ce quilt avec elle dans son cercueil. Vous ne pouvez pas imaginer le soulagement que j'ai vu sur le visage de Maman, dans tout son corps. Son fils allait avoir une existence, son prénom allait être écrit quelque part. Par sa fille, par sa soeur.
Maman n'avait pas de souhait particulier quant au quilt. "Je te fais confiance" m'a-t'elle dit. Puis elle a eu l'idée de chats en pensant au cadeau qu'elle venait de faire pour la naissance du fils de sa femme de ménage. J'ai donc cherché et c'est dans ma petite boutique à Lisse aux Pays-Bas que j'ai eu de l'aide. Jacqueline m'a donné un patron en paper-piecing. J'en ai arrondi les angles et voici le quilt que j'ai fait. Il fait à peu près 45 cms de côté.


Maman aime le mauve, le choix était évident. Je voulais un tissu gai pour Bernard. C'était le prénom choisi par mes parents. J'ai acheté ce tissu à Montréal. Je l'ai utilisé à deux autres reprises depuis. J'ai positionné volontairement le soleil au niveau du visage.
J'ai quilté un coeur dans chaque angle. Une amie m'a dit que les volutes lui faisaient penser au cordon ombilical.




J'ai quilté en écho trois lignes pour symboliser ces neuf mois où ils étaient trois. Ca me permettait de symboliser aussi le papa.
J'ai cousu trois boutons, ce sont les trois enfants que mes parents ont eu. Car cette histoire est aussi notre histoire, à mon frère et à moi.



Son titre est "La paix au coeur" puisque c'est ce que ce que ce quilt a apporté à Maman. A l'époque, j'écrivais mon prénom et l'initiale de mon nom marital. Là, j'ai ajouté l'initiale de mon nom de jeune fille.

Je suis profondément heureuse que le patchwork m'ait permis de faire ce cadeau à Maman. Faire ce quilt a été émotionnellment très fort, lourd par moments. Je travaillais sur la mort. Celle de mon frère bien sûr, celle de Maman aussi puisque ce quilt l'accompagnera dans son cercueil. 
Quand je vais voir Maman, je regarde souvent ce quilt que j'aime énormément. Il est dans sa chambre, en face de son lit.  

A bientôt :-) 

dimanche 28 août 2016

noir et blanc verso, la construction...

Je travaille sur le verso du ninepatch déstructuré noir et blanc. C'est un processus de création encore différent cette fois-ci. Je suis partie à l'aveugle, comme d'habitude. Moi, contradictoire, pas du tout!!!

Quand j'avais fini les danseurs et qu'il me restait beaucoup de tissus noirs, gris... j'avais coupé des carrés de 24 x24 cms. J'avais l'idée de faire un quilt avec les restes et de faire un dos avec ces carrés là. J'avais à l'époque, l'esprit moins tordu ou moins créatif, je vous laisse le choix!

J'ai coupé des carrés de la même taille avec tous les tissus y compris ceux à fond blanc.


Je les ai mis en piles un peu épaisses, pas trop pour pouvoir les couper avec mon cutter rotatif mais suffisamment pour que je n'y passe pas la semaine!!! Dans chaque pile il y avait des tissus de contrastes différents.
 Et j'ai coupé chaque pile en bandes irrégulières

Puis j'ai fait une belle pile par pur plaisir

Pile éphèmère car ensuite, j'ai tout mis dans une bassine, enfin une baignoire pour bébé et j'ai tout mélangé. j'adore faire ça!


Puis de manière aléatoire, j'ai assemblé des bandes tête-bêche puis dans le même sens pour faire des courbes.

Premier essai : 

Ca me plaît!
Retout aux Pays-Bas avec tout dans une boîte. Avant de partir, je suis allée chez ma copine la Fée Bobine pour acheter du tissu noir. J'ai dit à mon fils qu'il y aurait plus de noir sur le verso que sur le recto.
Je marque avec du sparadrap non tissé (j'espère que ça laissera moins de traces quand je le retirerai que le masking tape utilisé la dernière fois), donc je marque les quatre coins du quilt. C'est la taille minimum que je dois faire. Mais il est plus prudent d'ajouter au moins 5 cms autour pour me faciliter l'assemblage des trois épaisseurs. Je pense le quilter moi-même après l'avoir donné à bâtir à grands points à Leslie.
J'ai fait un essai avec la vague verticale, puis j'ai eu envie de la mettre de travers.


Pas mal!!!
Je continue à coudre des bandes tête-bêche, toujours de manière aléatoire. Je pioche dans mon stock sans trop réfléchir et j'assemble. En fait, j'assemble d'abord deux bandes par deux bandes, puis j'assemble ces paires deux par deux et ainsi de suite. 


Ce n'est vraiment pas très pratique de ne pas avoir le fond complet. Ca tombe bien, j'ai une couette noire. Je la plie aux dimensions du quilt. C'est quand même plus pratique pour se rendre bien compte.
J'assemble des bandes en alternant clairement une noire et une blanche, puis uniquement des bandes à fond noir. Je découds même une bande grise qui ne me plaît pas.
Je refais un essai avec la vague verticale mais ça ne me plaît pas. Je positionne les bandes de différentes façons. je ne prends pas de photos à chaque fois mais j'essaie d'en prendre quand même régulièrement.


Là, je me demande si je ne vais pas recouper les bandes en bandes plus fines et les réassembler. Ca donnerait quelque chose comme ça : 

Ca risque de faire chargé... Un jour de mal de tête, c'est l'angoisse. Mon fils serait obligé de mettre la quilt hors de son regard!!!
Les légères courbes me plaisent bien. Je décide de voir ce que ça donne si je les accentue et que je garde les bandes assez larges.

J'aime bien. Je viens d'appeler mon fils et ça lui plaît. Je garderai ces différences de niveaux. Je vais accentuer les courbes. J'ajouterai une fine bande rouge sur la ligne supérieure de la vague. Je pense aussi en ajouter une plutôt horizontale quelque part dans la partie basse. Si vous regardez bien, vous verrez un petit oiseau rouge et un autre petit morceau d'un oiseau. Je pense quilter en rouge un oiseau. Mon mari me suggère un aigle car pour lui la vague est plutôt une montagne. C'est évident que le quilting transformera ce quilt. Il donnera aussi un autre aspect au recto. J'aime ça!!! La couleur du fil sera importante des deux côtés...

D'un point de vue technique, j'ai deux options pour appliquer. Ce quilt va aller sur la canapé de mon fils donc vivre. Il doit être solide. Appliquer de manière traditionnelle à la main,  trop fragile! Je vais donc appliquer à la machine. L'idée d'appliquer à bord crus me tente. A ce moment-là, je ferais une couture simple que je renforcerais au moment du quilting. Cette solution me tente beaucoup. Je peux aussi rentrer le bord pour que les contours soient plus doux au regard  et ne s'effilochent pas mais il faudra de toute façon, coudre à la machine pour solidifier.

Finalement, je n'ai pas assez de tissu noir  et je ne vais pas couper ma couette! La Fée Bobine, prépare-toi, j'arrive! Il me faut encore du noir!!! Celui que j'ai acheté me servira de toute façon car il me reste beaucoup de morceaux coupés.
Mon idée au départ était un carré noir central et des bandes autour, idée vue sur le livre de Sujata Shah.
J'ai beaucoup dévié et c'est un euphémisme mais je vais sûrement y revenir... pour nous, cette fois-ci.

Voilà où j'en suis. Le titre du quilt est trouvé depuis longtemps. Ce sera "Cherchez l'oiseau" car il y en aussi au moins un à trouver dans les carrés irréguliers du recto? Vous pouvez les chercher  (facile!!!) et(plus difficile mais possible) !

A bientôt. Prenez soin de vous :-)

lundi 15 août 2016

le quilt de Lou offert et apprécié!

Ca y est, il est fini et offert. Et Lou l'a adoré! Sa réaction a été au delà de ce que j'avais imaginé. Je lui ai donné en tête à tête. Nous étions toutes les deux dans une pièce car je voulais avoir sa réaction brute, sans interférence des adultes. Elle a ouvert le paquet et ne l'ayant pas encore complètement déballé, elle a deviné que c'était un plaid (sic) et ses yeux ont déjà pétillé. Puis je lui ai déplié. Elle a d'abord vu le côté "Lou" et a fait "Oh!!!!" et j'ai retourné le quilt et elle a fait un encore plus grand "Oh!!!!!!" avec des yeux pétillants, étonnés, ravis... Elle a tout de suite vu que la robe était en relief et curieuse comme elle est, elle est venue la toucher puis la soulever "Oh, la petite culotte" les yeux plein de malice!!! C'était génial. Puis elle l'a serré dans ses bras et est allée le montrer à sa mère et à son père en disant " elle a une petite culotte!". Plus tard elle l'a détaillé, elle adore les papillons, a essayé bien sûr de tirer dessus, a détaillé aussi les fleurs, c'était impressionnant. Je lui ai raconté l'histoire de la robe et du O de LOU. Je ne pensais pas qu'elle réagirait aussi positivement à ce cadeau. J'avoue que j'étais remuée et les jambes un peu tremblantes. Sa chambre vient juste d'être réaménagée et il manquait quelque chose sur le lit pour la finir... Sa maman m'a dit que les couleurs étaient parfaites. A leur retour à la maison le soir, mon beau-frère m'a envoyé un sms pour me remercier et me dire que le quilt allait à la perfection. Je suis très très heureuse!

Photo souvenir pour moi!
 supercontente de cette photo où on voit très bien le quilting. J'avais donné peu de consignes à Leslie. Je lui avais demandé de partir des cheveux et de l'idée de leus boucles. J'avais cousu un fil pour montrer où serait la robe car je l'ai ajoutée après que Leslie aie quilté. J'en ai un peu bavé au moment de la fixer. J'ai démonté ce que j'avais déjà cousu. L'empiècement et les bretelles sont vraiment petits. Je crois que je ne ferai jamais d'habits de poupées! Cette robe a été taillée dans une robe que Lou portait il y a trois ans.



J'ai quilté les cheveux à la main et suivant les courbes du tissu. J'avais acheté ce tissu il y a une quinzaine d'années et il m'en est resté juste ce qu'il faut pour faire les cheveux. 
Je pensais faire quelque chose avec les mains et les pieds que je trouvais un peu incongrus et une fois les cheveux quiltés, les pieds et les mains étaient bien comme ça. J'ai aimé poser un papillon sur un pied. Je viens juste de voir qu'il y avait un fil sur la main quand j'ai pris la photo :-((


La robe est cousue de telle façon que Lou puisse la soulever pour voir la petite culotte. Et comme j'ai terminé le quilt avant que Lou ne soit ado, je n'ai pas eu à ajouter de soutien-gorge... Certaines comprendront ma remarque :-) On voit bien le quilting qui se trouve sous la robe.



Leslie a quilté autour des fleurs, soit en volutes, soit en lignes plus droites autour des tulipes.
J'ai ajouté quelques papillons qui complètent le côté "en relief" donné par la robe.




Le quilting rend l'autre côté aussi plus vivant. Il faut un peu chercher et c'est aussi ça que j'aime. Le O de LOU est fait dans un reste de tissu utilisé pour le quilt fait pour sa grand soeur il y a vingt-cinq ans.





Pour revoir les épisodes de ce quilt si vous en avez envie

les débuts et la pudeur de la demoiselle
les fleurs  appliquées

les fleurs brodées
le premier au revoir, où on voit les cheveux non quiltés 

Cinq ans entre le premier achat de tissus et la remise du quilt. J'ai pris mon temps et j'en suis très heureuse, d'autant plus qu'il a été offert au bon moment. J'ai adoré faire ce quilt, le construire, le voir évoluer, l'offrir. Très peu de moment compliqués, beaucoup de bonheur.

J'avais déjà fait un cadeau à Lou, un jeu de memory que vous pouvez revoir là :
Lou a reçu son memory
et dont je donnais le 
tutoriel pour memory
 

A bientôt, prenez soin de vous :-)




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...