vendredi 3 février 2017

Quilting Bee à la française, des coeurs en janvier pour Alice

Nous avons bien démarré l'année, Alice nous a demandé de lui faire des coeurs. Je crois que nous avons toutes regardé son tutoriel et sa video avant de nous lancer, ne serait-ce que pour faire le coeur à la bonne dimension. Ses demandes de couleurs étaient un fond dans un faux uni blanc et le coeur rose, rouge, violet, vert ou bleu, si possible avec un motif floral.
J'ai plongé dans mes boites et ai sorti mes tissus à fleurs. Pour une fois que je peux les utiliser! Je ne pensais pas en avoir tant. Mon plus vieux est un tissu Laura Ashley vieux rose. Mon préféré est le bleu à marguerites en bas à droite. Un jour je vous montrerai le quilt où je l'ai utilisé. L'intrus est le vert avec des coeurs rouges.  Voilà, Alice à quoi tu as échappé ou ce que tu as loupé, au choix!


J'ai finalement choisi ces deux-là : 


Pas de rose (j'aurais pu être complètement gaga, Alice fera un quilt pour sa fille). J'adore le tissu foncé avec les petites fleurs rouges et je ne l'avais jamais utilisé. Et j'aime bien l'autre et je pensais qu'Alice préférerait de petites fleurs plutôt que des grandes comme sur certains tissus. Je trouve difficile de choisir pour quelqu'un qui va ensuite utiliser ces blocs en ne sachant pas ce que les autres vont choisir. Si on sait, je crois que c'est pire!! Enfin, pour moi!
Mais c'est aussi une occasion d'utiliser des tissus que j'aime, achetés souvent sur un coup de coeur et qui attendent le bon moment, le bon projet. Le Quilting Bee est une bonne opportunité pour enfin les utiliser et les avoir sous les yeux, dans les mains!
 Je suis très fière de mes deux tissus de fond. Un est avec des coeurs et l'autre avec des fleurs.

Le coeur est à base de carrés et de triangles. Les triangles sont faits de deux carrés posés l'un sur l'autre, on trace une ligne et on coud de chaque côté de la ligne. On coupe sur la ligne et on a deux triangles... 
Je coupe donc les carrés. J'en coupe trop...
Et je commence à coudre... et je me plante. L'erreur de débutante. Quoique non, une débutante fait très attention. Moi, je me suis dit, "gaffe, Annie, ne couds pas sur la ligne" Si j'avais joué à la loterie ce jour-là, j'aurais perdu!!! Je couds SUR la ligne...Faire et défaire, coudre et découdre... Heureusement je m'en aperçois vite...

 Ca fait longtemps que je n'ai pas cousu d'une manière si précise. La précision, c'est pas mon truc. 

Je me trouve aussi confrontée à un problème que je n'avais jamais rencontré. D'habitude, je travaille en cms. Il a été décidé d'un commun accord de travailler en inches. J'avais acheté un pied 1/4 d'inch que je n'avais jamais utilisé. Voilà une bonne occasion. J'ai vite déchanté. Ce pied n'est large, et pour cause et du coup, les griffes d'entrainement ont du mal à entraîner le tissu au départ, surtout quand il y a plusieurs épaisseurs.
Madame Bidouille  ne va pas se laisser démonter par un détail comme ça! Je reprends mon bon vieux pied classique et je déplace l'aiguille vers la droite. Je teste sur une feuille de papier, vérifie sur un échantillon, ça va! Je continue comme ça.
Je prends bien soin de noter le réglage puisque j'ai une tête de linotte et que je vais travailler au moins une fois par mois en inches. Le plus simple est de noter ça sur la machine...
Et comme j'assemble les blocs du projet 70273 de cette façon, ça me sert encore.

Je me suis un instant demandée dans quelle galère je m'étais embarquée. Mais très vite, les doutes sont partis et la satisfaction était bien présente et est restée.
J'ai un peu démonté, même carrément refait deux triangles mais au final, un petit défaut reste, moins grand que celui-là.

 ces deux carrés faits de deux triangles sont dans ma boite à restes "réguliers". 

Voilà mes deux coeurs

 Comme je ne me lasse pas de faire des papillons, j'ai utilisé les deux tissus pour en faire. J'ai pris d'autres tissus complémentaires. Deux papillons pour Alice et deux pour moi.



 J'ai le projet d'en faire chaque mois, avec un ou des tissus utilisés ce mois-là, pour en offrir à la Reine du mois et pour moi. A la fin du projet, je rassemblerai les papillons afin de garder un souvenir de ce Quilting Bee si chaleureux. Les futures Reines, vous n'avez rien lu... 

Voici donc ce qu'Alice a reçu.

 pour ce

qu'elle a organisé. Merci encore Alice!

A bientôt. Prenez soin de vous.

dimanche 29 janvier 2017

Le Projet 70273, une semaine intense et positive

Cette semaine a été intense et je ne peux que vous la raconter et vous la montrer.
Je reviens pas sur ce projet, l'article précédent l'introduit bien.

Il a rythmé ma semaine de deux façons. 

Dans les Ardennes, plusieurs structures accueillant des jeunes adultes handicapés et un EPHAD seraient partants pour faire faire des blocs à leurs résidents. Beaucoup d'échanges de courriels avec deux personnes pour préparer un texte à présenter aux comités d'établissements et équipes de direction. Heureusement que j'ai eu de l'aide. J'ai toujours détesté les rapports et présentations en tant qu'élève et que maman d'élèves. C'est le papa qui était à contribution pour nos fils. C'est fait et ça servira de toute façon, je le sens...

J'avais contacté Jeanne Hewell-Chambers en lui expliquant mon projet et en demandant d'être une des nombreuses personnes centralisant des blocs et les montant en quilts. Elle a été enthousiaste en prenant connaissance de mon projet.

Comme elle demande de se présenter aux autres personnes du groupe sur Facebook, j'écris aussi (le tout en anglais) que j'aimerais faire un quilt en hommage à mon frère mort-né hydrocéphale. Jeanne me dit préparer un article pour la semaine suivante sur les quilts "en mémoire de" (memory quilts) et me demande si elle peut parler de mon histoire. Oui, bien sûr. A ce moment-là, mon quilt en est là.

J'ai bien avancé. J'ai joué avec les jours et les coins d'un  chemin de table
J'ai joué avec un torchon ancien brodé. Au centre, sont brodés un A et un F qui sont mes initiales de jeune fille. C'est pour ça que j'ai acheté cette série de torchons. J'ai l'intention d'utiliser les bandes tissées et de garder le centre pour moi.







Il me reste quelques rectangles à faire et je pourrai assembler un top.
La demande de Jeanne de raconter mon histoire met en route les rouages de mon cerveau. Ca se passe le même jour que celui où j'apprends que je dois faire une présentation écrite. La nuit qui suit est agitée et peu réparatrice... Mais créative...

Je décide de personnaliser vraiment mon quilt. Quitte à rendre hommage à mon frère, j'y vais. Et comme Jeanne prépare son article pour la semaine suivante, je fonce.

Je couds de petits rectangles avec un tissu rouge foncé à petits coeurs qui attendait son heure. Celui-là, je sais d'où il vient, qui me l'a offert!
plusieurs rectangles dessinent un B, le prénom choisi par mes parents étant Bernard

Je fais une première disposition qui ne m'emballe pas. Dodo, je verrai demain!
Le lendemain matin, je trouve la bonne disposition. Je prends le temps d'aller marcher un peu, de voir mes copines. Pas trop longtemps, ça me démange d'assembler. Moi qui me couche comme les poules, c'est la fin de ma canette qui m'envoie au lit à 23h. Si je continue, je vais faire des bêtises. Nuit encore un peu agitée... Debout 6h30 et à 8h30, le top est assemblé, il comporte 64 blocs. Un truc comme ça, ça ne m'arrive jamais!!!  J'envoie une photo à mon mari et à Katell. Ils sont enthousiastes et leurs commentaires confirment mon choix. Le B est là mais ne prend pas toute la place.

Les retours suivants me confirment ce que je souhaitais. Certains ne voient pas le B. Une fois que je leur montre, il est bien là. Je suis très heureuse.
J'utilise finalement la partie du torchon avec mes initiales.
Le croquet est en velours, j'avais envie de sa douceur. J'en ai ajouté sur la croix de gauche car elle n'était pas assez contrastée. Ce rectangle touche presque le B. Je voulais qu'il en soit proche car la mort de mon frère, de plus in utero a influencé nos vies. Mon autre frère, né quatorze mois après était un foetus remuant et un bébé et enfant tonique et remuant. Il avait bien senti qu'il fallait rassurer Maman. Je suis née deux ans plus tard. Maman était fatiguée. J'ai donc été un foetus calme "tu ne bougeais pas beaucoup" disait ma mère et une petite fille "sage et obéissante". Ce sont les deux mots employés à chaque fois par les personnes qui m'ont connue enfant. Rassurez-vous, je pouvais aussi être espiègle. J'ai compris toute cette influence grâce à mon premier thérapeute. 
Mon seul regret une fois le top assemblé a été de me rendre compte que ce rectangle aux intiales était juste au milieu du quilt. Acte manqué? Mon mari est très heureux de cette coïncidence.

J'aime l'envers du top.Ici, c'est l'envers du B.

 J'ai accroché le quilt sur la structure du sapin de Noël.
Mon mari ne le démonte plus juste après avoir retiré les décorations. Cette année, il va rester en place au moins jusque fin avril.


Ca me donne envie de faire un quilt blanc et rouge... Un projet de plus :-)

A bientôt pour un tout autre univers. Prenez soin de vous.

samedi 14 janvier 2017

le projet 70273 début et rencontres

Certaines d'entre vous connaissent déjà ce projet fou de Jeanne Hewell-Chambers. J'en ai eu connaissance par la Ruche des quilteuses où vous pouvez trouver toutes les explications et directives.
J'ai déjà mentionné ce projet dans cet article.
  Je rappelle le départ de ce projet 

Le Projet 70 273

 12742848_789849177826365_552970591777898728_n

Entre les mois de janvier 1940 et août 1941, les nazis allemands tuèrent 70 273 personnes de tous âges déclarées physiquement, mentalement ou émotionnellement handicapées, utilisés comme cobayes pour la mise au point des chambres à gaz. Des docteurs évaluaient les dossiers médicaux et prenaient la décision de vie ou de mort de chacun. Trois docteurs étudiaient chaque dossier médical et quand deux de ces trois médecins marquaient une croix rouge sur la fiche, le patient était condamné et exécuté. 

En février 2016, Jeanne Hewell-Chambers lança le Projet 70 273 (the 70,273 Project), projet d’œuvre d’art textile collective d’envergure mondiale. Son but est de récolter 70 273 blocs de quilt du monde entier pour commémorer chacune de ces personnes assassinées d’une manière aussi rude et désinvolte, tout en souhaitant éveiller l’intérêt de la population d’aujourd’hui envers les personnes nécessitant des besoins particuliers.

Je vous invite à aller voir les règles sur le site de la Ruche, site indiqué plus haut

 Vous pouvez voir sur la page Facebook du groupe des photos de ce projet.

J'ai commencé cette semaine à faire des blocs.
Lundi, j'ai coupé dans un vieux drap de mon grand-père des rectangles aux trois dimensions requises 
 et j'ai rassemblé mes tissus rouges et  ce que j'ai en rubans, galons, et trucs que j'ai en rouge




Mardi, j'ai cousu un peu à l'instinct mes premières croix. Ce soir-là, j'étais fatiguée, un peu secouée par le retour de ma mère chez elle après une semaine d'hôpital. Je devais retourner la voir le soir, je n'étais pas trop bien, j'avais une petite heure à occuper, j'avais coupé mes rectangles la veille, je me suis lancée sans vraiment réfléchir. Voilà mes quatre premiers rectangles.

 Au fur et à mesure, je me suis rendue compte qu'à chaque croix faite, je pensais à une personne handicapée condamnée, à ce médecin qui avait fait cette croix sur la feuille blanche. Je ne dirais pas que je suis rentrée en état de méditation, je ne dirais pas que je faisais une prière à chaque fois mais il y avait quelque choses de cet ordre là. Faire ces croix, seule, devant ma machine à coudre, dans le silence était un moment très particulier. Mon mari est venu voir ce que je faisais. Je lui ai dit ma pensée pour les artistes qui peignent les icônes et font une prière à chaque coup de pinceau. 
J'ai été la première surprise de ce qui m'arrivait. C'était très émouvant. Je sais que ça ne se passera pas à chaque fois comme ça mais je garderai cette première fois gravée en moi.
Après avoir travaillé avec les rubans, le croquet...J'ai ajouté du tissu. J'ai un grand morceau de tissu rouge assez vif. J'ai déchiré une grande bande. Je pensais la repasser et puis je l'ai laissée comme ça, les bords un peu effilochés, un bord recroquevillé. La violence de ce qui s'est passé, la déchirure pour les familles quand elles se sont rendues compte que leur enfant, frère, soeur n'était pas mort si naturellement qu'on leur faisait croire...Ils sont dû se recroqueviller de douleur.
J'ai coupé un morceau rouge foncé, pas repassé, avec mon cutter, à main libre


J'ai d'abord cousu au point droit ou au point zig zag, puis j'ai utilisé les points de broderie, pour les galons et croquets ou pour les tissus

 J'ai posé mes rectangles par terre

 Jeudi, j'ai passé l'après-midi avec des amies et j'ai emmené mes rectangles. J'ai coupé les fils et je me suis aperçue que j'aimais bien l'envers de certains rectangles. 

A explorer pour que les croix se voient plus mais j'aime cette idée. Elle doit être validée par les responsables françaises du projet avant que je ne m'aventure plus.

Ceci aurait dû être la fin de mon article... Mais...

Il y a quelques mois, mon mari é été contacté pour illustrer un fascicule.  L'Albatros est un centre d'activités occupationnelles et un foyer de vie pour des personnes adultes atteintes d'un handicap intellectuel avec troubles associés ou non. Gilles, mon mari a illustré douze textes de lois que le personnel de l'Albatros avaient rendus intelligibles en trouvant une phrase simple. Les dessins sont complémentaires de cette phrase.
Allez sur son blog, vous y verrez les dessins et les phrases. 
Vendredi, nous étions invités à visiter le centre. Il est à l'écart d'un village, dans un site magnifique, paisible, magnifié ce jour-là par la neige. Les bâtiments sont clairs, beaux, spacieux. Et là, en rentrant dans l'accueil, nous avons découvert des oeuvres d'art à couper le souffle. Chaque personne a un talent. A l'équipe de trouver lequel et à permettre à la personne de l'exprimer. Et croyez-moi, ils réussissent!! Cette maison fourmille d'artistes qui s'expriment de différentes façons, c'est incroyable! Nous avons découvert des merveilles tout au long de la visite. La moitié des résidents sont autistes et certains sont d'une méticulosité incroyable. C'est un atout énorme que les éducateurs savent valoriser.
Et bien évidemment, très vite, dans la discussion avec la directrice du centre, j'ai parlé du projet 70273. Je venais de retrouver Betty, connue il y a une bonne trentaine d'année et qui travaille dans ce centre. A l'évocation du projet, ses yeux ont pétillé très vite. Pour faire des blocs avec les résidents et pour faire des blocs avec des amies créatives. Je vais la recontacter très vite. 

Nous sommes revenus à la maison émus, touchés, un peu excités, enrichis. Et je ne vous raconte pas les autres rencontres et vieux souvenirs évoqués!!! :-) C'est ça de revenir sur les lieux de son enfance et adolescence!

Mon groupe de Vouziers est aussi en train de faire des blocs. Mon amie Réjane en a fait.
Les gens des Ardennes, si vous en avez envie, vous pouvez faire des blocs et me les confier. Je me charge d'envoyer les blocs et/ou les quilts à Chloé Grice qui les regroupe avant de les envoyer à Jeanne aux Etats-Unis.

Je vais continuer à faire des blocs et éventuellement un quilt. Je vais aller à la pêche aux directives!

 A bientôt. Prenez soin de vous.


jeudi 5 janvier 2017

noir et blanc, les explications du quilting...et le titre : "Cherchez l'oiseau"


J'ai demandé à Leslie de bâtir le quilt sur sa grande machine à quilter. C'est vraiment un plus pour le quilting, surtout avec un quilt recto-verso. Je n'arrive jamais à bâtir sans qu'il y ait un peu de plis. J'ai essayé toutes les techniques!

J'ai bien cogité, le stress a commencé à monter donc pour le faire diminuer, rien de tel que de se lancer!

J'ai coupé les bords à 4 cms. Avoir le quilt presque à dimension et en tout cas, bien rectangulaire m'aide. Je n'avais pas pensé à demander à Leslie de bâtir en noir. Ca va être plus compliqué de bien visualiser ce que ça donnera à la fin.

J'ai fait des essais sur un échantillon puis j'ai posé l'échantillon sur le côté qui va être le moteur du quilting.

4 fils Aurifil différents, noir, bleu foncé, deux gris.
du noir et un peu de rouge foncé
essais à l'ombre
essais au soleil
Mon atelier ardennais (là où je suis quand je fait le quilting) n'est pas très lumineux. Je suis au rez-de chaussée avec un grand immeuble en face qui me cache vite le soleil. L'appartement de mon fils est dans le sud, au 4ème étage sans véritable vis-à-vis et orienté plein sud. Le quilt sera complètement différent chez lui. Il vieillira aussi sûrement très vite, le noir n'aime pas beaucoup le soleil... Mais je préfère que mon fils en profite et quand les deux faces seront moches, je lui en referai un autre.

Je trouve qu'il n'y a pas assez de transition entre le noir et les deux gris. Je réalise que je pourrais aller à la mercerie. Trop tard et le lendemain est jour férié, 1er novembre. Je décide de quilter en noir les bandes, dans la couture.
L'autre face, c'est celle-ci :



Quilter en blanc, moche. En gris, fade. Et puis ça fait un peu, j'ai hésité entre le noir et le blanc, alors j'ai choisi gris... Donc ce sera noir dans la canette. Ca évitera aussi de deviner le fil de l'autre côté. Evidemment, j'ai un peu d'appréhension en me demandant si ça ne va pas trop le foncer. Le quilting va être par moments très présent. 
Donc je quilte d'abord les bandes, ça sera un bon test.

Voilà comment j'avais commencé mon article au tout début du quilting. Puis emportée par l'élan, je n'ai plus rien écrit et j'ai quilté, quilté...
 Sur plusieurs jours, par étapes, avec des moments de stress, de doutes, de joie, de magie. Un mercredi soir, j'ai quilté à l'instinct, sans beaucoup réfléchir, c'était jouissif, aérien, en dehors du temps et de la réalité

Je vais vous montrer les étapes. Je les ai numérotées sur cette photo.Je quiltais une première partie, je posais le quilt par terre pour voir. Puis je m'attaquais à une autre partie, puis quilt par terre pour avoir du recul. Comme ramasse-poussière, c'est top!

J'ai d'abord quilté toutes les bandes irrégulières dans la couture. Celles tout à fait à droite, je les ai même prolongées jusqu'au bord extérieur.
J'ai travaillé avec seulement du fil noir, l'ajout de gris est venu en dernier, tard dans le processus.

1 : j'avais depuis le début de ma réflexion sur le quilting l'idée de commencer par cet endroit-là et par cette forme-là, des espèces de grands V. Je quilte avec ma machine à coudre domestique et pas en quilting libre. Je vous laisse imaginer le nombre de fois où il m'a fallu bouger le quilt dans tous les sens. C'est athlétique au bout d'un moment et demandeur pour le dos. Mon mari a baissé la table de sorte que j'avais les épaules basses pour quilter. Beaucoup moins fatigant et beaucoup moins de tensions. Bien sûr, gants à quilter aux mains en permanence. 
Comme vous le voyez, beaucoup de plis entre deux lignes de quilting. Il m'a fallu jongler entre étirer le tissu sous chaque main mais pas trop, le tissu étant souvent dans le biais... Heureusement, j'ai déjà vu pas mal de quilts de professionels avec des plis. Je me rassure comme je peux :-) Une amie m'a même dit que ça donnait de la vie au quilt et un relief qui le rend plus vivant.
La première ligne de gris était allait de cogner aux bandes. Ensuite, à chaque fois que j'ai travaillé avec le gris, j'ai fait des lignes irrégulières.
2 : je ne pensais pas quilter des lignes "verticales" dans ce que j'appellerai "les montagnes" A force de regarder des livres, des blogs, des magazines, j'ai bien vu que le quilting apporte une richesse et que laisser tel quel n'est souvent pas une bonne idée. J'ai donc quilté des lignes qui suivaient le plus possible les courbes. J'ai essayé de les espacer de manière irrégulière, ce qui n'est pas si évident pour moi.

 






















3 : une fois les deux montagnes de droite quiltées, il devenait évident de continuer les lignes verticales à leur droite. Ca a donné un beau mouvement. Là aussi, les lignes grises s'interrompent avant la vague.

4 : Les deux montagnes de gauche ont été quiltées ensemble. J'ai arrêté les lignes sur le bord supérieur des montagnes.

5 : Pour la montagne du milieu, j'ai continué les lignes jusqu'à la vague. Je n'ai pas ajouté de lignes grises car je voulais laisser les V en valeur. Je vous rappelle que le gris a été cousu à la fin mais je vous en parle au fur et à mesure.

6 : les autres V s'appuient sur  la jonction entre les deux montagnes de gauche. Que ce soient ceux-ci ou les premiers, ils m'évoquent des vols d'oiseaux au moment de la migration.

7 : j'ai quilté cette partie-là juste après la précédente en faisant un peu écho aux lignes presque horizontales des vols d'oiseaux. Le 11 est là aussi mais je vous en parle plus tard. Je pensais avoir fini le quilting de la partie inférieure du quilt.


Place à la partie supérieure


 8 : je quilte en écho à la vague en jouant sur l'écart entre les lignes. Je quilte en noir. Je décide de ne pas quilter de lignes sur la vague. Ce n'est pas nécessaire pour le maintien des trois épaisseurs car j'ai quilté dans les coutures des bandes irrégulières.

A ce stade, tout le quilt est quilté en noir. Je n'ai pas encore ajouté de gris, les fils de bâti sont encore là. Je décide de les retirer pour mieux me rendre compte. C'est long, minutieux...Quand je les avais retirés sur le quilt vacances à Auxerre, j'avais allègrement tiré sur les fils sans grande précaution. Ca avait cassé certains points et j'avais maudit mon impatience en me promettant de ne plus refaire la même erreur.
Voilà le paquet de fils

Après avoir retiré tous ces fils, je réalise que le quilt est trop noir et pas très vivant.  Je commence à ajouter le gris dans les V, dans les montagnes et à droite.

J'ajoute des lignes grises discontinues au dessus de la vague. 
Je décide de laisser l'espace entre les deux V en noir et le bas à gauche. Mince, j'ai cousu une ligne grise dans la partie en bas à gauche. 

11  : qui devrait être 9 et 12 en fait. Je ne veux pas ajouter de lignes et je ne peux pas laisser cette ligne toute seule. C'est le soir où j'ai travaillé à l'instinct. Je décide mais est-ce vraiment décider... Je prends le quilt à l'envers et je dessinne avec ma machine à coudre de grands zig-zag qui s'appuient sur cette fameuse ligne grise. Je me rends compte que ça va faire un peu sapin et tout à coup, je dessine une courbe. Et là, j'adore le résultat. Ca fait un peu flamme qui s'élève. Mon amie maître en reiki me dira que ça lui fait penser à un signe de reiki. Elle a raison. Mes mains ont été guidées ce soir-là, j'étais inspirée. Je ne sais pas comment l'exprimer mais y'a eu un truc! Et ce coin du quilt est mon coin préféré. Dans un premier temps je ne couds qu'une ligne.

9 et 10 : Depuis le début, je voulais des oiseaux dans ce quilt. J'avais pensé reproduire l'oiseau d'un des tissus. Vous le verrez plus tard. Mon mari m'avait très vite suggéré des silhouettes d'oiseaux en vol en tissu. Peu de tissus m'avaient convaincue. En les posant sur ce quilt presque terminé, c'était sans appel. Pas en tissu. Alors en fil, en quilting libre. Je les ai coloriés en fil. J'ai ajouté à la fin une toute petite touche de gris plus clair. Ca ne se voit pas mais ça rend les oiseaux plus vivants.




 Mais du coup, ces trois oiseaux sont très présents, trop présents. Le "sapin-flamme" est étouffé. Pas possible, je l'aime trop et les oideaux étouffent tout le quilt en fait.
Je décide de coudre une deuxième ligne, parallèle à la première, un peu décalée en haut et en bas. Et là, je ne touche plus, je ne fais plus rien. Stop, c'est fini!!!

 J'aurais aimé ajouter une touche de quilting rouge. A la main, avec du DMC Perlé 12. Mais je n'ai pas trouvé où en ajouter donc j'ai laissé comme ça. Aucune idée n'est venue. Savoir laisser, savoir s'arrêter.

J'ai ajouté un biais noir. J'ai tenté d'ajouter un peu de tissu noir et blanc. C'était moche. J'ai juste inserré un petit morceau de ce tissu à l'oiseau pour le clin d'oeil au titre






 "Cherchez l'oiseau". J'ai ce titre en tête depuis la confection de recto. Au milieu de tous ces carrés de tailles différentes, un oiseau se cache. On le retrouve des deux côtés du quilt, entier dans une montagne, coupé dans la vague.

Je vous montre trois photos du quilting côté recto. 
Un oiseau colorié en fil et les courbes 


 Là, on devine la vague, les courbes au dessus et des V en dessous
et le quilt en entier. J'en profite pour vous redonner le lien vers le patron de Maryline Collioud-Robert. Il est très bien fait, les explications sont très claires et le prix est très rasionnable!



Voilà. Je ne sais pas si vous avez eu la patience de tout lire jusqu'au bout. Pour moi, c'était intéressant de reprendre ce processus.

Les dimensions du quilts sont 1,20m x 1,44m. J'ai une machine à coudre avec un espace entre le bras et le moteur un peu grand. Mais je ne pourrais pas ou très difficilement quilter un quilt plus grand. 
En 2017, je change de dizaine. J'ai déjà une idée du cadeau que je m'offrirai pour faire passer ce cap que je sens un peu compliqué pour moi.

A bientôt. Prenez soin de vous :-)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...